Audition des enfants

Comme chaque année les parents sont conviés à venir écouter leurs enfants, un samedi après-midi du mois de juin.

Nous commençons toujours par une audition « entre-nous », c’est-à-dire SANS les parents, priés d’aller voir à la plage si j’y suis, d’autant plus que la plage de Louannec est à 3 mn en voiture…  pendant une demi-heure… Le temps de s’habituer à l’idée de jouer devant les autres. Pendant ce temps les parents sortent le gâteau du four, pour le goûter que nous partagerons ensuite, et patientent gentiment devant le portail, jusqu’à ce que je donne le signal d’entrer.

Cette année les parents vous avez été top ! Je vous voyais trépigner d’impatience, tout en sachant que les 3 ou 4 mn qui nous manquaient étaient nécessaires pour l’un ou l’autre jeune qui n’avait pas fini d’essayer son morceau…

Je vous ai préparé un petit diaporama, sans prénoms, sans indications de morceaux ou de « niveau » parce que ce n’est pas important !

L’essentiel est que chacun soit représenté… Je remercie donc tous les jeunes présents ce jour-là : Anna, Alix, Manon, Baptiste, Sarah, Brieg, Robinson, Capucine, Sophie, Annaëlle, Estelle… Cités dans le désordre ! Et encore un grand bravo à chacun, chacune, et une mention particulière aux demoiselles qui n’ont pu jouer que d’une main pour cause de santé ou de gros stress… C’était très bien !

Bonnes vacances à tous, bon vent à ceux et celles qui ont choisi de me quitter… parfois après plusieurs années de complicité… et gros bisous à tous !

Et…  pour ta culture : La musique que tu entends est extraite de l’album  » Eyes of the sun » de Yul Anderson, et le titre en est « Für Elise Blue ». Yul Anderson est un pianiste américain atypique qui mêle classique, gospel, jazz…

Prochain article… l’audition des adultes !

Clavier numérique vs Piano acoustique

En Français normal : un faux piano ou un vrai piano?

Je n’entre pas dans une étude comparative qui est trop complexe à réaliser. Je souhaite juste attirer ton attention sur UN point fondamental que nous verrons un peu plus loin.

Le son des instruments numériques est désormais, pour peu qu’on y mette un certain prix, assez proche de celui d’un piano acoustique. Bien sûr il manquera toujours le petit quelque chose qui fait qu’un piano reste un piano, et heureusement…

Voilà un petit extrait de « Für Elise » (oui j’aime bien frimer de temps en temps… et te balancer le titre original de  ce que tout le monde appelle La-lettre-à-Elise…)

D’abord au vrai piano :

puis au clavier numérique (un yamaha CLP 535, très sympa)

À première vue, pas trop de différence dans la façon de jouer…

Tu as tout faux !

Je t’explique un peu plus en détail :

et je recommence avec d’autres mots si ce n’est pas assez clair !

On retourne au clavier numérique, pour voir la différence dans le mouvement de tes doigts :

Et pour conclure, un petit conseil : monte le son de ton clavier numérique !

En effet, si tu prends l’habitude de jouer « petit » pour ne pas déranger, en réglant le volume à 30 ou 50 % chez toi, quand tu arriveras au cours de piano et que tu joueras sur un « vrai » piano dont la sonorité est plus intense, tu seras tellement surpris que tu n’oseras plus donner ton maximum… D’où les angoisses de ne plus trouver ses repères, de jouer trop fort, et c’est la panique à bord !

Un pianiste débutant qui s’entraîne à la maison n’est jamais est rarement une nuisance sonore, il faut que cela fasse partie de l’environnement sonore habituel de la famille. D’autant plus qu’en général ton entourage apprécie de voir tout ce que tu apprends de jour en jour.

Alors, prêt?

Pour t’encourager à laisser tomber et à te mettre à la peinture sur soie  et faire du bien à tes oreilles, cadeau  !

 

 

Pourquoi jouer du piano?

Pourquoi jouer ? ou pour jouer quoi ?

Mon expérience m’a montré qu’il existe différentes raisons, et de multiples motivations !

Il n’y a pas de mauvaise raison, et le déclencheur peut arriver n’importe quand : un enfant/ado se met au piano parce qu’on le lui a suggéré, parce que son meilleur copain joue déjà, parce qu’il y a un piano dans la famille …

Pour les adultes les déclics de départ sont variés : soit un retour vers une enfance ou une jeunesse très musicale, on veut retrouver les compétences de jadis ; ou bien un désir jamais assouvi, faute de temps, de moyens financiers, et qui là maintenant devient possible et même impérieux…

C’est là que les motivations deviennent diverses : souvent le futur pianiste rêve de jouer un morceau bien précis qui représente pour lui le but ultime à atteindre. Voire même l’unique but !

Je pense à Aurore qui m’a annoncé, du haut de sa trentaine d’années, au tout premier cours : bonjour, je suis débutante, je veux jouer le Clair de Lune de Debussy dans deux ans… (C’est une pièce du répertoire qui se joue après au minimum 5 ans de pratique régulière et sérieuse)

Tu ne connais pas le Clair de Lune ? cadeau pour toi :

Tu veux savoir la suite? Eh bien, oui, Aurore a joué brillamment le Clair de Lune pour l’anniversaire de sa môman émue qui ne s’était doutée de rien… Et du coup elle a continué à prendre des cours, alors même que le  premier but a été atteint.

Je pense aussi à un ado d’une douzaine d’années dont le rêve est de jouer « Alla turca » de Mozart…Sans avoir jamais appris quoi que ce soit…

Mon pronostic? bien sûr qu’il va y arriver ! Pourquoi un petit enfant décide-t-il un jour de parler, sans connaître ni vocabulaire ni grammaire? Tout simplement pour communiquer, pour raconter, pour demander… Et pour mon jeune pianiste c’est pareil :  il va fonctionner par imitation, par déduction, il va progressivement associer le geste des doigts au geste « mental » de la lecture des notes, et il va la jouer cette sonate !

Je ne vais pas te la montrer, tu la connais par coeur. Mais je suis certaine que tu ne connais pas encore la version décoiffante de Pierre-Yves Plat, virtuose de talent et concertiste délicieusement sympathique et abordable :

Tu veux encore de la musique? Tu veux découvrir de nouvelles sonorités?

Je te propose le Clair de Lune, de Debussy toujours, dans une version pour piano et choeur d’hommes. Les chanteurs interprètent le poème de Verlaine du même nom  qui commence par Votre âme est un paysage choisi/Que vont charmant masques et bergamasques…

J’adore … Le velouté des voix et les notes cristallines du piano… L’ancienne chef de chœur que je suis en frémis d’émotion !

Ça t’a plu? Rendez-vous très vite pour d’autres partages…

Il n’y a pas que le piano…

Ok je l’avoue, c’est vraiment le piano mon instrument de prédilection.

Mais… j’ai aussi un petit faible pour la harpe !

Tu imagines bien sûr l’image super-cliché d’une harpiste douce et délicate aux longs cheveux bouclés tombant négligemment sur des épaules mises en valeur dans une robe délicieusement romantique…

Oui tu as raison, c’est nunuche à souhait  chouette comme image.

Moi, aujourd’hui, je te propose de rencontrer une harpiste GÉNIALE, un peu différente, qui te joue une musique vivante, dynamique, sensible, riche, qui décoiffe.

En fait elle ne joue pas toute seule, mais avec ses comparses de jazz.

Tu veux voir et écouter? c’est Christine Lutz et c’est ici :

Alors?  Étonné ? Curieux?  Tu en veux encore ?

C’est ici, dans un autre style, avec l’accompagnement marqué du marimba, joué par un percussionniste de génie, Thierry Lutz :

Voilà, j’espère avoir éveillé ta curiosité…

Tu aimes, tu n’aimes pas… j’attends tes commentaires !