On continue? exercice 7

Tu m’as dit l’autre jour : « ok c’est bien beau tes vidéos, mais moi, je dois rester combien de temps sur chaque exercice? Je n’y arriverai JAAAMAIS aussi vite que toi… » (sur le ton plaintif  interrogatif de la personne qui veut bien faire… )

Bien évidemment tu n’y arriveras pas en 24h, c’est normal. Et puis, quel est ton but? dégourdir tes doigts? jouer le plus vite possible pour frimer te prouver que tu progresses particulièrement rapidement?

Tu adapteras le temps que tu passes sur chaque page, suivant ton but …

Je pense que, dans un premier temps, pour te dégourdir les doigts, ce qui n’est pas une mince affaire quand on apprend le piano, tu passeras 2 ou 3 semaines maximum par page, même si tu ne joues pas très vite.

Il est plus intéressant de varier les combinaisons de doigts/notes, que de jouer vite, trop vite au détriment de la régularité des notes.

Il sera toujours temps de reprendre tout cela plus rapidement quand tu seras plus à l’aise !

Voilà maintenant le démarrage de l’exercice 7 :

Pour changer, on introduit une dernière variante rythmique (promis, je n’en utilise pas d’autre ! )

Je t’explique tout dans la vidéo suivante : et… oui, c’est normal qu’on y parle de chocolat…

Très logiquement voilà le résultat final :

Et voilà !

J’ai toujours beaucoup de plaisir à partager ces vidéos, j’espère que tu en as autant à les regarder, puis à t’en inspirer pour ta progression personnelle !

l’exercice 5

C’est celui que j’ai sous-titré « salade de doigts » dans mon livre « Danse avec les doigts ». Pourquoi ? parce que dans la petite phrase-modèle tu vas avoir l’impression que les doigts jouent dans le plus grand désordre… et il te faudra un petit moment pour en apprécier la logique.

NB : il me semble bien que sur ce mignon peu anatomique  dessin  de Waz il y ait bien plus que 10 doigts… tu en comptes combien? 

Tu as pris l’habitude maintenant de jouer l’exercice avec les différents rythmes proposés, je passe donc directement à la version de concert !

Bientôt, les exercices suivants, et le rythme « chocolat »… Patience ! Tu as maintenant de quoi t’entraîner tranquillement avec ces 5 premiers numéros de Danse avec les doigts…

Et si tu n’as pas encore mon livre, c’est ici… 

L’exercice 2

Tu veux changer d’exercice après avoir fait le tour du n°1? Alors n’hésite pas, je te montre comment apprendre le deuxième.

Surtout, même si je ne le montre pas sur les vidéos, PRENDS LE TEMPS d’écouter dans ta tête la petite phrase du début. N’oublie pas de faire le tour de « comment c’était quand j’ai réécouté dans ma mémoire », pour pouvoir enrichir tes perceptions.

Pour plus de détails concernant le Fitness mental, je te renvoie à cet article-là.

Voici l’exercice 2a, quand on le « met en route » :

Tu prends le temps de te familiariser avec cette nouvelle « mélodie ». Puis quand tes doigts ont bien intégré la succession des notes, quand tu te sens un peu plus à l’aise, on va pratiquer les deux « Rythmes par 2 », comme dans le premier exercice. Je suppose qu’un exemple vaut mieux qu’un long discours, alors voilà :

Après quelques séances d’entraînement, tu te sentiras de plus en plus à l’aise. Si tu en as envie, tu peux même jouer l’exercice avec un autre rythme, le « rythme par 4 ». Ces modifications de rythmes vont apprendre à tes doigts comment se déplacer plus rapidement avec de plus en plus de précision.

Tous ces rythmes sont énumérés dans le recueil, à la page 19, en version « solfège ». En français normal  description de ce qui se passe, ça donne ceci : dans chaque groupe de 4 notes, tu commences par marquer un arrêt sur la première des 4 notes, pendant tout l’exercice. Puis tu inverseras, en marquant un arrêt sur la dernière de chaque petit groupe de 4 notes.

Et après? eh bien, si tu as mis tout ton coeur et ton enthousiasme à jouer ces différentes versions du même exercice, au bout de quelques jours ou quelques semaines, en arrière-plan  de ton apprentissage d’autres morceaux, tu seras tout à fait capable de jouer ainsi :

 

Et… ça s’appelle la version de concert ! Enfin, c’est comme ça que moi je l’appelle, c’est flatteur et bon pour le moral…

Si tu possèdes un clavier numérique, surtout n’hésite pas à changer la sonorité de ton instrument pour varier les plaisirs. Profite des merveilles technologiques que Mozart ou Beethoven n’ont pas eues…